D’où ça vient ?

Extrait du livre Science et Santé avec la Clef des Ecritures
  • 1866 : Découverte par Mary Baker Eddy des premiers éléments constitutifs de cette méthode mentale et spirituelle de guérison.

  • 1875 : Première publication du livre (en anglais) de Mary Baker Eddy expliquant cette méthode : Science et Santé avec la Clef des Ecritures

  • 1890 : En France, une personne rapporte avoir été guérie d’un problème de vue grâce à cette méthode.

  • 1898 : En France, des personnes qui pratiquent cette méthode se réunissent régulièrement.

  • 1907 : En France, sur proposition d’Emile Levasseur, professeur au Collège de France, Mary Baker Eddy reçoit le titre d’officier d’Académie au nom du gouvernement d’Aristide Briand.

  • Depuis plus de cent ans, cette méthode est pratiquée en France par des personnes de toutes conditions rapportant de nombreuses guérisons.

Mary Baker Eddy

De nos jours, on est pas forcément familier avec la Bible.

Souvent, on a entendu parler de Jésus, on a visité des églises, mais parfois ça s’arrête là.

Sans entrer dans le détail de l’enseignement de Jésus, on peut dire que son enseignement est structuré en deux parties.

La première partie, c’est ce que Jésus a dit, les idées qu’il a exprimées, et qu’on retrouve dans les Evangiles.

La deuxième partie, c’est ce que Jésus a fait, ses actions, qui étaient l’application de son enseignement.

Et là, si on ouvre la Bible on est frappé par le nombre de guérisons effectuées par Jésus.

Jésus était un guérisseur remarquable, si on s’en tient à ce qui est rapporté dans la Bible !

Avançons maintenant l’histoires de plusieurs siècles et plaçons-nous à la fin du XIXème siècle, en Nouvelle-Angleterre, aux Etats-Unis.

On y trouve une femme. Son nom: Mary Baker Eddy.

Cette femme avait l’âme d’une chercheuse (elle me fait penser à Marie Curie).

Très malade au début de sa vie, et parce qu’elle ne trouvait pas de guérison en utilisant la médecine conventionnelle de l’époque, elle a exploré plusieurs thérapies alternatives (homéopathie, hydrothérapie, magnétisme, etc.)

Au gré de ses recherches et de ses expériences (en homéopathie, en testant l’effet placebo et nocebo) cette femme a pris la mesure de l’impact de la pensée sur le corps.

Sa santé ne s’améliorait pas vraiment et, par dessus le marché (comme dirait ma grand-mère), elle a eut un accident et son entourage ne pensait pas qu’elle s’en sortirait (colonne vertébrale touchée, hémorragie interne, etc.)

Cette femme se mit à prier (on va définir le terme « prière » plus bas) et à la surprise de tous, elle fut complètement guérie, sans aucune intervention médicale.

Au début, elle ne comprenait pas vraiment comment elle avait été guérie (et elle sera guérie non seulement des conséquences de l’accident mais également de tous ces troubles chroniques qui l’affectaient depuis longtemps).

Alors elle s’isola pendant quelques années pour poursuivre ses recherches, elle étudia la Bible en profondeur, elle lut et relut les enseignements de Jésus. Et peu à peu, une interprétation cohérente, logique de ces enseignements commença à émerger.

Et non seulement une « théorie cohérente » des enseignements de Jésus apparût, mais elle fut en mesure de mettre en pratique et d’appliquer cette interprétation en guérissant les gens autour d’elle.

Les personnes qui étudiaient cet enseignement et le mettaient en pratique arrivant également à guérir autour d’eux.

Le fondement de sa découverte qu’elle a appelé Christian Science est la mise en pratique concrète, démontrable, des enseignements de Jésus qui résulte en la guérison de la maladie et des situations discordantes.

Elle publia son ouvrage expliquant comment pratiquer cette méthode mentale et spirituelle en 1875 et elle passa beaucoup de temps à réviser son texte pour le rendre plus clair, plus pratique.

Ses écrits se propagèrent à travers le monde et sont encore lus et pratiqués aux quatre coins du monde.

        %d blogueurs aiment cette page :