Foire aux questions

Je réponds ici aux questions que vous m’avez posées :


Votre question : Faut-il avoir la foi pour être guéri ?

Ma réponse : Pas du tout. Ce n’est pas une question de croyance. C’est une question de compréhension et d’ouverture d’esprit.

Pour creuser davantage cette question : voir le chapitre « la Prière » dans le livre Science et Santé avec le Clef des Ecritures, de Mary Baker Eddy, page 1.


Votre question : Comment faire confiance à une théorie qui est fondée entièrement sur les enseignements de Jésus, alors qu’on a même pas la certitude que Jésus a vraiment existé ?

Ma réponse : La question n’est pas de savoir si Jésus a existé ou non.

Le philosophe et mathématicien grec Pythagore a-t-il existé ?

A mon avis, ce n’est pas la question.

Si je construis un pont en me basant notamment sur le théorème de Pythagore, est-ce que le pont s’écroule ou alors est-ce qu’il est bien solide ?

C’est ça la question importante à mon avis.

C’est pareil pour Jésus.

Je pense qu’il a existé, mais le point important c’est de comprendre clairement les idées développées dans son enseignements pour voir en quoi ces idées son applicables aujourd’hui pour rendre notre vie meilleure, pour apporter la guérison aux difficultés que l’on peut rencontrer et pour nous faire mieux comprendre l’infini bien, Dieu.


Votre question : Quel est le rôle d’un praticien de la Science Chrétienne ?

Ma réponse : Il n’existe aucune hiérarchie dans cette approche spirituelle.

Un praticien est une personne qui est disponible pour prier pour les autres à temps plein et à titre professionnel.

Mais toute personne peut prier efficacement par elle-même.

Un praticien est là pour donner un coup de pouce, si besoin, basé sur son expérience et sa pratique de la prière.


Votre question : Est-il interdit de recourir à un médecin quand on utilise cette approche spirituelle ?

Ma réponse : Pas du tout. Cette approche spirituelle donne encore plus de liberté et n’en prend pas. Chacun reste libre de faire les choix qui paraissent les meilleurs pour garder la santé ou la retrouver.

Cela dit, l’expérience a prouvé que cette approche apporte la guérison sans qu’il soit nécessaire d’utiliser la médecine matérielle.

J’ai cinq enfants et j’ai été le témoin de très nombreuses guérisons rapides en m’appuyant sur cette science spirituelle et quand cela a été nécessaire, nous avons été voir un médecin.


Votre question : Le bien et le mal existent-ils vraiment ? N’est-ce pas juste une construction intellectuelle qui varie en fonction d’une culture, d’une société, etc. ?

Ma réponse : Sur le continent européen, on assiste généralement à enterrement habillé en noir. Dans certains sociétés du continent africain, on y va habillé en blanc.

Aller à un enterrement habillé en rouge, est-ce bien, ou est-ce mal ?

Ca dépend des codes de la sociétés où l’on se trouve. C’est relatif.

Mais par contre violer et tuer un enfant, est pour moi un mal absolu, même si une société considère que c’est une bonne chose.

Je n’ai pas de doutes qu’il existe un bien absolu et un mal absolu.

Pour creuser davantage cette question : voir le chapitre « Récapitulation » dans le livre Science et Santé avec le Clef des Ecritures, de Mary Baker Eddy, page 465.


Votre question : La maladie a-t-elle du sens ?

Ma réponse : Comme toute épreuve, la maladie est une occasion de grandir, de s’élever spirituellement. Mais, et ce mais est d’importance, l’infini bien (Dieu) n’est pas la cause des épreuves, de la maladie etc.

Au contraire, prendre conscience du divin dans notre vie, de la réalité spirituelle, nous permet de surmonter les épreuves, de trouver la guérison, etc.

Pour creuser d’avantage cette question : voir le chapitre « Les pas de la Vérité » dans le livre Science et Santé avec le Clef des Ecritures, de Mary Baker Eddy, page 201.


Votre question : Vous dites que Dieu est tout. Donc, il est dans les arbres, dans les objets ?

Ma réponse : Dire que Dieu est dans les arbres etc. c’est une autre théorie qui s’appelle le panthéisme. Ca n’a rien à voir avec cette approche.

Ce n’est pas le bien infini, l’harmonie perpetuelle, Dieu qui est en toutes choses, car ce qui est spirituel ne peut être enfermé dans quoi que ce soit, ou délimité par quoi que ce soit.

Aussi, ce n’est pas Dieu qui est dans tout, c’est tout qui est en Dieu !

C’est je crois l’idée que voulait faire passer Paul quand il écrit : en Dieu « nous avons la vie, le mouvement et l’être » (Actes 17:28).

Pour creuser d’avantage cette question : voir le chapitre « La science, la théologie, la médecine » dans le livre Science et Santé avec le Clef des Ecritures, de Mary Baker Eddy, page 107.

%d blogueurs aiment cette page :