Qu’est-ce la psychologie positive ?

La psychologie positive est une science et une discipline à part entière de la psychologie qui vise à chercher et analyser les raisons et les moyens qui mènent à une vie comblée et heureuse chez l’être humain.

Reconnaissance de la psychologie positive

La psychologie, d’une manière générale, est devenue de plus en plus répandue et acceptée par les êtres humains. 

Ayant d’abord été dénigrée pendant des décennies par les grandes personnes cultivées de ce monde, elle est désormais considérée comme une science exacte. La psychologie est définie, dans le dictionnaire par exemple, par « la discipline qui vise la connaissance des activités mentales et des comportements en fonction des conditions de l’environnement ». Plusieurs branches sont ensuite nées de cette science, notamment la psychologie positive. Mais qu’est-ce réellement la psychologie positive ? 

Qu'est-ce que la psychologie positive apporte ?

La psychologie positive cherche à comprendre les caractéristiques des personnes menant au bonheur et au bien-être général sur tous les aspects de la vie. 

Cette discipline met aussi l’accent sur l’importance de certaines pratiques favorisant l’épanouissement personnel, sans tenir compte des aléas extérieurs. 

Cependant la psychologie positive ne s’arrête pas au niveau individuel, mais englobe aussi le bien-être d’un groupe ou d’une société entière. Malgré la différence existante entre ces catégories –individuel, groupe, société-, les fondamentaux de la psychologie positive restent inchangés et s’appliquent à chaque niveau. 

Origine de la psychologie positive

Il faut aussi savoir que cette discipline n’est pas tellement ancienne. Elle a été officiellement fondée en 1998 au congrès annuel de l’Association Américaine de Psychologie par un professeur et chercheur américain Martin SELIGMAN

Comme l’a précisé le professeur Seligman, la psychologie positive repose essentiellement sur l’atteinte de deux objectifs distincts mais très reliés : l’épanouissement et l’accomplissement de soi. 

Il cherche ainsi, à travers sa recherche sur la psychologie positive, à trouver les déterminants qui donnent un sens à la vie chez une personne, un groupe ou une société. 

Or, cette science a des racines beaucoup plus anciennes. En effet, c’est une science bâtie sur des recherches approfondies en psychologies avec des expériences bien définies et des idées et conceptions, certaines datant de l’ère d’Aristote.

Psychologie positive et pensée positive

Cependant, il faut différencier ce concept de la pensée positive qui n’est pas une science mais une pseudo-science. Ce mouvement repose sur un concept très courant qui est l’autosuggestion, appelé aussi méthode Coué. 

Il signifie que l’individu doit s’efforcer à rester optimiste et heureux, malgré toutes les situations par lesquelles il passe. Cela aurait contribué à la reconnaissance d’un concept, de plus en plus utilisé par les coaches qui est la loi d’attraction. 

Voilà exactement où réside la différence entre la psychologie positive et la pensée positive.

Base des recherches sur la psychologie positive

Mais on se pose quand même la question sur l’origine de la psychologie positive. Bien que Martin SELIGMAN soit généralement reconnu comme le fondateur officiel de cette branche de la psychologie, cette dernière a des fondements bien plus anciens. 

En effet, l’une des origines de la psychologie positive est sans aucun doute la pyramide des besoins initiée par Abraham MASLOW. Cette pyramide met en avant les différents niveaux de besoins qu’un être humain puisse ressentir. Ces besoins sont définis comme suit : 

psychologie positive pyramide des besoins
Source https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Maslow%27s_hierarchy_of_needs.svg

    • Les besoins physiologiques : Ce sont les besoins primaires de l’individu sans lesquels il ne peut survivre. 

    • Le besoin de sécurité : Ce niveau de besoin permet à la personne de vivre dans un environnement sain et sans risques. 

    • Le besoin d’appartenance : L’être-humain, par son genre, est un animal sociable. Il est donc important pour lui de se sentir au sein d’un groupe ou d’une communauté à laquelle il se sent appartenir. 

    • Le besoin d’estime : A travers ce type de besoin, l’individu a besoin d’être reconnu par ses pairs. 

    • Le besoin d’accomplissement : Le niveau le plus élevé de la pyramide et donc l’ultime besoin que recherche la personne par tout comportement ou acte visant à être totalement épanouie. 

Cette pyramide des besoins de Maslow a donc pour objectif de définir les niveaux de besoins que l’individu cherche à combler afin d’atteindre le bonheur absolu. Cependant, toute personne se distingue par la ténacité de tel ou tel besoin qui fait qu’elle soit plus heureuse et épanouie que d’autres, sans pour autant combler tous les niveaux de besoins. 

L'expérience Optimale

Il existe une autre approche de la psychologie positive, en parallèle à celle de SELIGMAN, qui affirme que le bonheur est atteint grâce à l’ « expérience optimale ». Initiée par un psychologue hongrois nommé Mihaly Csikszentmihalyi, cette approche montre que le bonheur absolu est atteint lorsque la personne se concentre sur une seule et unique tâche ou activité pour laquelle il ressent un grand intérêt et qui le pousse à se surpasser et se développer. 

L’équilibre et l’harmonie résultant de cet engouement pour cette activité permettent de se déconnecter du monde présent et de se sentir plané, heureux et comblé. 

Atteindre le bonheur

Les origines de la psychologie positive sont très différentes selon les spécialistes et les idéaux, mais leur objectif reste le même et inchangé au fil des années et des recherche : la quête du bonheur. 

Plusieurs études ont démontré l’importances de certaines conditions pour le développement de l’équilibre dans la vie d’une personne, mais certains critères ne sont pas valables pour l’ensemble des personnes essayant d’atteindre l’objectif du bonheur absolu. Il faut ainsi se concentrer sur les déterminants essentiels qui permettent à chaque individu de se sentir bien, tout en mettant en avant les émotions qui poussent au bonheur. 

Il est aussi nécessaire de savoir que la psychologie positive œuvre pour trouver la meilleure combinaison pour le bonheur, sans pour autant se concentrer sur les différentes pathologies qui peuvent nuire au bien-être de la personne. 

En plus, en allant sur la voie de la psychologie positive, il est plus facile de dépasser toutes les maladies psychiques et de mieux gérer toutes les émotions négatives et néfastes pour l’harmonie de la personne. 

Laisser un commentaire