Réincarnation combien de temps après la mort ?

L’histoire vraie de Lama Thubten Yeshe : un cas avéré de réincarnation

Le grand maître tibétain Lama Yeshe, adepte du bouddhisme Mayayana, la voie du  Grand Véhicule est mort en Californie le 3 mars 1984, à l’âge de 49 ans.

Il a été réincarné dans le corps d’un petit garçon espagnol, Lama Osel 10 mois après son décès. Lama Osel est le fils de Paco Hita et Maria Torres. Il est né dans le sud de l’Espagne à Bubion.

Avant son décès il avait annoncé qu’il reviendrait pour aider et guider tous les êtes vers l’illumination.

La réincarnation c’est la continuité de conscience à travers divers enveloppes physiques

Nous avons été tout, et avons toujours re-né

Pour la plupart des gens les cycles de réincarnations sont non-conscient. Seuls les personnes engagées dans un travail spirituel peuvent choisir la vie dans laquelle ils se ré-incarner. Ils le font en décidant dans quel corps, dans quelle famille, dans quel lieu il ré-integreront la vie pour poursuivre leur travail. Ces êtes sont appelés des bodhisattva, ils renoncent au nirvana et renaissent sans cesse jusqu’à ce que tous les autres êtres soit libérés du cycle des réincarnation.

Lama Olsen reconnaît des gens et des lieux de son incarnation précédente.

Lama Zopa Rimpoché a mené l’enquête. Le Dalaï-Lama lui même a confirmé les résultats de la recherche de Lama Zopa et approuvé les conclusions des vérifications : Lama Osel était bel et bien la réincarnation de Lama Thubten Yeshe.

Un des points commun de ces deux êtes si différents, un moine tibétain de 49 ans pesant 80kg pour 1m70 et un chérubin de 2 ans, blond et ne parlant pas était la joie de provoquer le rire. Le maître avait un sens de l’humour remarquable et l’enfant s’amusait à faire rire en faisant des pitreries. Les grimaces de Lama Yeshe avait pour but d’aider à faire passer ses enseignements. Le rire est un excellent médiateur de la connaissance.

L’énergie et le charisme du jeune enfant rappelait celle de Lama Yeshe.

Cycle de réincarnation

Il ne fait pas prendre la vie a la légère car elle est difficile a obtenir. Les êtres ne s’ouvrant à la spiritualité sont irrémédiablement pris dans la roue sans fin de la naissance et de la mort sans aucun contrôle. L’irrémédiable loi du karma.

La sagesse de la vacuité c’est de cesser de considérer les phénomènes qui traversent notre existence comme s’ils étaient réels ou doués d’une existence autonome. Le comprendre et le réaliser cette accéder à la libération.

Le bodhisattva ou très noble choisit d’aider les gens à se sortir de la Misère qu’ils s’infligent à eux-mêmes sans le savoir, comme la surabondance matérielle de l’Occident et sa pauvreté spirituelle provoquent le mal-être et l’inquiétude du mental.

C’est l’illumination véritable au-delà du Nirvana.

Réincarnation bouddhisme Tibétain

Les Tibétains ont depuis longtemps étudié le voyage de la conscience. Ces enseignements ont été popularisés dans le le livre des morts Tibétains (Bardo-Thödol). Pour le Tibétain moyen, il s’agit de mourir en paix.

Pour les êtres ayant un but spirituel plus avancé, il s’agit de choisir dans quel contexte il va re-naître pour poursuivre la mission qu’il s’est assigné.

Réincarnation de Apho Rinpoché de Manali (1922 – 1974)

Apho Rinpoché de Manali réincarnation

Apo Rinpoché, doué pour la méditation et a effectué de nombreuses retraites rigoureuses. Il peut se souvenir de sa vie passée quand il était jeune. Tous ses gourous l’ont reconnu comme le véritable détenteur de la lignée de Drukwang Sakyamuni. En plus d’être considéré comme une incarnation de Milarépa (le saint et poète du Vème siècle), il est également considéré comme une incarnation de Drukpa Yongjin et un grand maître Nyingma.

Il transmettait les Six Yogas de Naropa, pratiques secrètes du boudhisme tibétain. C’était un maître strict qui, malgré sa grande douceur, était intransigeant Il était perçu comme la véritable incarnation de tous les êtres illuminés et comme l’un des hommes le plus inspirant de la terre.

Apho Rinpoché maîtrisait powa la technique permettant de transférer la conscience, pour se projeter sa conscience à volonté dans n’importe quelle forme en fonction de ses objectifs.

Il est mort dans cancer de l’estomac, sans manifester aucune souffrance. Son corps à conservé sa chaleur 14 jours après l’arrêt du coeur, jusqu’à l’arrivée de son maître personnel qui a déclaré que dernière méditation était terminée. Une fois cette annonce faite, un filet de sang coula de sa narine et sa tête s’est affaissée, signe extérieur qu’il venait de quitter son enveloppe charnelle.

Réincarnation de Kyabje Serkong Tsenshab Rinpoché (1914 – 1983)

Réincarnation Serkong Rinpoché

Serkong Tsenshab Rinpoche, qui était la réincarnation de Marpa le traducteur, était connu pour sa connaissance et sa compréhension complète des quatre écoles du boudhisme tibétain. C’était l’une des rare personne qui était capable de « souffler » au Dalaï-Lama.

La mort et le réincarnation de Serkong Rinpoche sont remarquables. Serkong Rinpoche a sauvé le Dalaï-Lama en lui offrant sa vie.

La mort de Serkong Rinpoché a été encore plus remarquable que sa vie.

En 1983, Rinpoché a mentionné à un vieux moine local, Kachen Drubgyel, que selon l’astrologie tibétaine, c’était l’année d’obstacle du Dalaï-Lama, sa vie était en danger. Serkong a décidé de transférer ces obstacles sur lui-même.

Le 29 août 1983, le Dalaï-Lama est en visite pour Genève. Yassar Arafat, président de l’Organisation de libération de la Palestine, arrive également au même moment en Suisse. Les autorités policières Suisse redoutent un éventuel acte de terrorisme dirigé contre Arafat. Elles ont prévenu qu’elles ne pouvaient pas garantir la sécurité de Sa Sainteté.

Ce jour là, Serkong Rinpoché quitte toutes affaires cessant le camp militaire Tibétain dans lequel il enseignait le comportement du bodhisattva, pour rejoindre le village de Kyibar.

Lorsque Rinpoché et son groupe atteignirent le haut village de Kyibar, ils se rendirent chez un fermier qu’il connaissait. L’homme était encore dans ses champs et n’attendait pas d’invités. Rinpoché lui demanda s’il était occupé pour la semaine à venir. Le fermier a répondu par la négative et a invité Rinpoché à rester.

Après avoir récité les significations interprétables et définitives de Tsongkapa, pendant environ deux heures, Rinpoché ne se sent pas bien. Néanmoins il refuse l’assistance d’un médecin ou de médicaments.

Au lieu du drap jaune habituel sur lequel il dormait toujours, Rinpoché demande d’en étendre un blanc. Dans la pratique tantrique, le jaune est utilisé pour les rituels visant à accroître la capacité d’aider les autres, tandis que le blanc sert à pacifier les obstacles.

Rinpoché s’allonge alors sur le côté droit, dans la posture de sommeil du Bouddha croisant ses bras dans le geste tantrique de l’étreinte.

Il a ensuite commencé à respirer profondément et s’est simplement éteint, en pratiquant la méditation Tonglen (donner et prendre) à soixante-neuf ans, en parfaite santé.

C’est à ce moment précis, alors que le Dalaï-Lama était encore en vol en direction de Genève,que le président Arafat a brusquement changé d’avis a annulé sa visite en Suisse.

Le risque d’un incident terroriste à l’aéroport a ainsi été écarté, et le Dalaï-Lama n’a pas été blessé. Serkong Rinpoché a réussi à prendre en charge l’obstacle à la vie de Sa Sainteté et à donner à son tour sa propre énergie vitale.

La méditation Donner et prendre est une technique bodhisattva avancée qui permet de prendre les obstacles des autres et de leur donner du bonheur. Chaque fois que Rinpoché enseignait cette pratique, il disait que nous devions être prêts à assumer la souffrance d’autrui, même au point de sacrifier notre vie.

Après son décès, Serkong Rinpoché est resté trois jours en méditation, conservant con coeur chaud avec un corps qui ne commence pas à se décomposer bien qu’ils aient cessé de respirer.

Quand la tête de lama Serkong Rinpoché s’est affaissé, du sang est sorti par ses narines, signe que sa conscience a quitté son corps. Lorsque ces signes se sont produits, alors que le temps était jusque là parfaitement calme, des arcs-en-ciel ont scintillé dans le ciel et des lumières merveilleuses sont apparues sur la colline aride choisie pour sa crémation. Il y a eu de violentes rafales de vent et de légers tremblements de terre.

Peu après, une source d’eau fraîche aux pouvoirs de guérison a jailli du site de crémation. Elle coule encore aujourd’hui et est devenue un lieu de pèlerinage.

Lorsqu’après sa crémation, sa stupa a été ouverte on a retrouvé son crâne non brûlé. Il y avait également une quantité importante de pilules qui n’avaient pas été déposées là auparavant. Le plus étonnant, est que deux empreintes de pieds ont été découvertes : elles indiquaient une direction précises, celle dans laquelle il faudrait le chercher dans sa nouvelle incarnation.

Exactement neuf mois plus tard, le 29 mai 1984, Rinpoché est né une fois de plus, à Spiti, dans une famille modeste.

Les habitants de Spiti considèrent Serkong Rinpoché comme un saint : presque chaque foyer contient sa photo. Dès que le petit Serkong Rinpoché a su parler, il a montré du doigt la photo de Rinpoché sur le mur de la maison de ses parents et a dit : « C’est moi ! ».

Personne n’avait de doutes sur son identité. Après tout, quelques années auparavant, un groupe de femmes éminentes de Spiti avait demandé à Rinpoché de renaître dans leur vallée la prochaine fois. Obtenir la permission du gouvernement indien pour visiter leur district frontalier éloigné avait toujours été un problème. Une telle renaissance rendrait tout plus facile. Ses parents, profondément honorés, donnèrent leur accord et, à l’âge de quatre ans, le petit Rinpoché partit pour Dharamsala. Bien que ses parents lui rendent visite de temps en temps, le garçon ne les a jamais réclamés et n’a même pas semblé leur manquer. Dès le début, il s’est senti parfaitement à l’aise avec les membres de son ancienne maison. Ils étaient sa famille de cœur.

Bien qu’il ait un sens de l’humour similaire à celui de son prédécesseur et qu’il partage la même approche pratique et terre-à-terre, le jeune Serkong Rinpoché a sa propre personnalité.

Ce qui se perpétue d’une vie à l’autre, ce sont les talents, les propensions et les liens karmiques.

Le processus de la mort selon le Bardo-Thödol (livre des morts Tibétains)

Le processus de mort et d’agonie est étudié en détail chez les Tibétains, car il permet de les reconnaître sans crainte au moment du passage. Ils observent les différentes sensations et visions qui accompagnent la séparation de la conscience de sa forme matérielle (le corps). C’est un processus graduel.

D’une manière simplifiée, le processus de la mort vécu par les êtres réalisés est le suivant :

  • Le corps devient lourd.
  • Il y a des visions qui ressemblent à un mirage.
  • Les fluides du corps commencent à sécher.
  • La méditant a une vision qui ressemble à de la fumée.
  • La chaleur du corps disparaît.
  • L’être éveillé perçoit grâce à son 3ème oeil des étincelles
  • La respiration s’arrête
  • La vision d’une chandelle vacillante apparaît

Puis la conscience subtile demeure, même une fois que la respiration est arrêtée. Il s’ensuite quatre visions :

  • la vision blanche, comme si on était éclairé par la pleine lune
  • la vision rouge, semblable à la lumière de l’aube
  • la vision noire, comme le noir absolu dans une grotte
  • et l’expérience ultime : la claire lumière qui est une béatitude indicible dépassant tout ce que l’on peut connaître dans sa forme charnelle

Les occidentaux avertis connaissent ces deux derniers stades que l’on retrouve dans les récits de mort imminente, des personnes cliniquement mortes mais qui sont réanimées. Ils témoignent d’un long tunnel noir et à sa sortie, une lumière indicible les emplissant d’un bonheur infini.

Alors que l’être lambda, se laisse aller dans cette claire lumière, l’être réalisé profite de l’énorme énergie de ce passage pour réaliser la méditation bienheureuse sur la Vacuité, l’ultime vérité : tous les phénomènes, y compris le soi n’ont aucune existence indépendante.

Cette méditation est si puissante, qu’elle agit comme la fission nucléaire, soufflant les derniers obstacles vers l’éveil total, l’esprit omniscient, l’état suprême de Bouddha.

Différence entre métempsychose et réincarnation

La différence entre la réincarnation et la métempsycose est que la réincarnation est une renaissance d’une capacité mentale, comme une âme, dans une forme de vie physique, comme un corps, tandis que la métempsycose est la transmigration de l’âme, en particulier sa réincarnation après la mort.

Réincarné dans un autre monde

C’est ainsi que nous vivons tous dans le monde des rêves. C’est notre deuxième vie. Nous expérimentons la même vie encore et encore, mais avec une torsion. Dans ce monde onirique, nous renaissons, nous rechargeons et nous donnons une seconde chance.

Le monde réel n’est pas parfait. Les gens sont égoïstes et parfois ils ne se soucient pas des autres. Donc, vous devez trouver le bon chemin à suivre et faire ce que vous devez faire. Lorsque vous décidez de changer de vie, vous devez changer votre état d’esprit et votre comportement. Il est important que vous pensiez positivement à vous-même et à vos capacités. Croyez en vous. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez si vous y croyez. Vous pouvez être le meilleur dans votre domaine si vous travaillez dur et croyez en vous.

Rappelez-vous : Personne n’est parfait. Tout le monde a des défauts et des lacunes. Tout le monde doit apprendre à les surmonter. Vous devez vous fixer des objectifs réalistes et vous efforcer de les atteindre. Lorsque vous atteignez votre objectif, vous vous sentez fier et motivé. Vous vous sentirez comme un gagnant. Ne vous comparez pas aux autres. Regardez-vous et comparez vos réalisations à ce que vous auriez dû faire. Si vous vous comparez aux autres, vous ne serez que déçu.

Réincarnation de bouddha

Une fois que vous aurez appris à arrêter de dire « Ce n’est pas mon travail de faire en sorte que les gens m’aiment » et « Je me fiche qu’ils me détestent, je veux juste qu’ils m’aiment », vous serez sur la bonne voie pour être le genre de personne qui est en fait aimée et acceptée par tout le monde.

Nous entendons souvent des gens dire qu’ils ne sont pas intéressés à se faire aimer des autres. Cela ne signifie pas qu’ils n’aiment pas les gens. C’est juste qu’ils ne se soucient pas vraiment si les gens les aiment. Cette attitude les amènera probablement à avoir beaucoup de mal à essayer de se faire aimer des autres. Même lorsque vous essayez de faire en sorte que les autres vous aiment, il est très important que vous n’agissiez pas comme si vous étiez si bon que les gens soient obligés de vous aimer. Si vous le faites, vous ne les ferez pas comme vous. Les gens ne vous aimeront que s’ils le souhaitent. Et cela signifie qu’ils doivent sentir qu’ils le veulent. Si vous ne le faites pas, vous serez ignoré. Les gens pourraient vous trouver ennuyeux, mais ils ne vous aimeront pas. Vous devez être le genre de personne que les gens veulent aimer.

Calculer sa réincarnation ?

Pourquoi les gens ne pensent-ils pas à leur propre mort ? Certaines personnes se posent des questions sur leur prochaine incarnation depuis l’enfance, mais il y en a beaucoup qui n’y ont pas beaucoup réfléchi avant la fin de la vingtaine ou la trentaine. Une des raisons à cela pourrait être que la plupart des gens ne vivent pas assez longtemps pour prendre conscience de leur propre mortalité.

Selon certaines personnes, l’âme quitte le corps lorsque nous mourons, tandis que d’autres croient que l’âme vit pour toujours. Il y a aussi ceux qui disent que nous mourons et ensuite notre âme entre dans un autre corps pour commencer sa nouvelle vie. Dans les deux cas, le processus de renaissance peut être une expérience intéressante. La prochaine fois que vous vous sentirez mal dans votre peau ou que vous voudrez parler de quelque chose qui vous trouble, essayez de penser à votre prochaine vie. Si vous le faites régulièrement, vous apprendrez à mieux gérer vos problèmes. Après tout, vous devez vivre votre prochaine vie, alors pourquoi ne pas profiter de cette opportunité pour devenir une meilleure personne ? Vous découvrirez peut-être que c’est la seule vie que vous vivez, vous devez donc en tirer le meilleur parti.

Livres sur la réincarnation

  • Maison Blanche Réincarnation (La) (Livre 30 F (Sei)
    Binding : Taschenbuch, Label : Seine, Publisher : Seine, NumberOfItems : 1, PackageQuantity : 1, medium : Taschenbuch, publicationDate : 1998-07-01, authors : Maison Blanche, ISBN : 2738209939
  • 20 cas suggérant le phénomène de réincarnation: L'enquête la plus sérieuse au monde
  • peugeot-peyron, christiane le livre des réincarnations
    le livre des réincarnations peugeot-peyron, christiane f. lanore
  • Le Voyage de l'âme
  • Dominique Lormier La réincarnation - Dominique Lormier - Livre
    Occasion - Bon Etat - Trajectoire GF - Grand Format - Structure Coopérative d\'insertion à but non lucratif.
  • A la rencontre de vos vies antérieures: Tout savoir sur la réincarnation
  • Head, J. Cranston Le Livre De La Reincarnation (Ldp Litterature)
    Binding : Taschenbuch, Label : Librairie Generale Francaise, Publisher : Librairie Generale Francaise, medium : Taschenbuch, publicationDate : 1998-03-01, authors : Head, J. Cranston, languages : french, ISBN : 2253144142
  • Moi, quand je me réincarne en Slime - tome 03 (3)
    NONAME 2 ans
  • Joseph Head, Sylvia L. Cranston Le Livre de la réincarnation
    Le Livre de la réincarnation Joseph Head, Sylvia L. Cranston Fanval

A lire également